Des arbres, des livres, un même amour...


Un court extrait d'un de mes meilleurs amis dans la famille des livres, un ami proche que je reviens voir régulièrement. Il me laisse toujours ému, retourné par la charrue des mots, fertilisé par la magie des images, ensemencé pour de mystérieuses futures moissons. Moissons de mots, de pensées, d'émotions qui viendront se mélanger à d'autres récoltes, enrichir les greniers de la mémoire et par les itinéraires invisibles des sources secrètes réapparaitre en résurgence dans de nouveaux textes, de nouvelles évocations...

Après les arbres je découvrais une nouvelle famille : les livres. Mais les seconds ne prenaient-ils pas corps dans la chair des premiers, n’étaient-ils pas tout autant emplis de feuilles bruissantes, chuchotantes ? Les uns et les autres puisaient dans la terre, dans l’humus et la boue des jours, leur force et leur élan, et ils s’épanouissaient dans l’espace, en plein vent. La sève, l’encre – un même sang obscur coulant avec lenteur, roulant vers la lumière, et frémissant de la rumeur du monde.

Sylvie Germain. Chanson des mal-aimants

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre
  • Facebook Classic
RSS Feed

ME SUIVRE

  • Facebook Classic

© 2015 par Philip Ribe

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now